L'artothèque de Villeurbanne est intégrée à la Maison du Livre, de l'Image et du Son François Mitterrand, médiathèque municipale réalisée par l'architecte Mario Botta et ouverte en 1988.

 

 

Au sein de cette structure, conçue comme un lieu privilégié d'échanges culturels, l'artothèque est consacrée à la promotion et à la diffusion de l'art contemporain auprès d'un public le plus large possible.

 

La collection donne à voir un panorama large de la création plastique de la scène nationale et internationale de la fin des années 1960 à nos jours. Elle propose en prêt plus de 1300 oeuvres d'art, essentiellement multiples, de près 600 artistes contemporains : Arman, John Armleder, John Baldessari, Daniel Buren, Sophie Calle, César, Robert Filiou, General Idea, Nan Goldin, Keith Haring, Carsten Holler, Richard Long, Mathieu Mercier, Olivier Mosset, Aurélie Nemours, Martha Rosler, Franck Scurti, Malick Sidibé, Robert Smithson...

  •  Les particuliers, comme les collectivités, peuvent emprunter jusqu'à quinze oeuvres d'art pour une durée maximum de trois mois.
  • Gratuité pour les établissements scolaires et les associations villeurbannaises.

L'inscription s'effectue dans le réseau de lecture publique de Villeurbanne. Une carte permet d'emprunter tous les supports. 

 

Lieu de rencontre avec la création actuelle, l'artothèque présente une programmation régulière d'expositions temporaires spécifiquement concues pour son espace.  

Des visites, des ateliers sont organisés à destination des enfants et des adultes. Une attention toute particulière est portée aux scolaires de Villeurbanne. Des projets spécifiques et des actions de médiation inédites sont aussi proposées aux collectivités qui le désirent dans leurs locaux.

Antoine Marquis. Gymnasium

du vendredi 29 janvier au samedi 2 avril

vernissage le jeudi 28 janvier à 19h

                              

du mardi au vendredi de 14h à 19h et le samedi de 14h à 18h

 

 

Antoine Marquis pratique le dessin et la peinture. D’une grande maîtrise formelle, ses œuvres revendiquent un classicisme déconcertant, revisitant les genres établis de l’histoire de l’art. Mais l’artiste fait dévier le plus traditionnel de ces motifs vers un univers onirique extrêmement troublant.

Peuplées de personnages absents saisis dans des climats feutrés, de jeunes gymnastes graciles et d’infirmières rêveuses, les saynètes narratives désuètes d’Antoine Marquis, désorientent le spectateur. D’une inquiétante étrangeté, ses œuvres sont un savant mélange des genres qui, depuis longtemps, influencent l’artiste : la science-fiction des années 1960-70, la série noire, l’érotisme, l’horreur, le fantastique…

 

Pour l’exposition à la MLIS, Antoine Marquis choisit de présenter des séries de dessins et de peintures dans une mise en scène incongrue, déstabilisant l’équilibre de l’espace architectural monumental de Mario Botta. Une manière inédite d’exposer son œuvre et d’aborder son travail sous un éclairage nouveau.

 

Un monde en nuances gris, inquiétant et ambigu, proche des dystopies de Ray Bradbury, entre les paysages dérangés de De Chirico et les atmosphères éthérées des films de Rohmer.

Un univers de science-fiction, aux frontières du réel, dans les lequel des silhouettes fantomatiques évoluent dans salles de sports et des salons vieillots…

 

Antoine Marquis est né en 1974. Il vit et travaille à Paris.

Il a participé à de nombreuses expositions collectives, au CNEAI à Chatou, au Plateau-FRAC Ile-de-France, au Mac/Val de Vitry sur Seine, à la Fondation d’entreprise Paul Ricard à Paris, au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg .Plus récemment, son travail a été présenté dans l’exposition Pauline à la plage organisée par Judicaël Lavrador et Claire Moulène à la Galerie de multiples à Paris.

 

 

ACT VII . Bill Kouligas

du 10 octobre au 5 décembre 2015

vernissage le vendredi 9 octobre à 19h

                             

du mardi au vendredi de 14h à 19h et le samedi de 14h à 18h


Bill Kouligas est le directeur de PAN, objet certifié non conforme, qui se situe quelque part entre le projet artistique et la maison de disque. Fondé en 2008 à Berlin, PAN se distingue par l'incroyable variété de son catalogue et ses pochettes d'albums au graphisme détonnant.


Le label insaisissable est vite devenu emblématique d'un genre nouveau, mélangeant noise, musique expérimentale, techno et art sonore, avec une identité visuelle éclectique mais immédiatement reconnaissable. Des pochettes mélancoliques, souvent illustrées de photographies trouvées, glissées dans une couverture en plastique transparent sérigraphiée.


Marque de fabrique du label, elles sont un alliage impeccable d'élégance et de Do It Yourself. Une invitation à Bill Kouligas comme artiste et curateur, pour une exposition rétrospective de PAN, jeune ovni artistique déjà culte.


http://p-a-n.org/

Macumba Night club éditions. Merlin Carpenter / Jérôme Robbe





du 30 mai au 17 juillet 2015 vernissage le vendredi 29 mai à 19h

                             

du mardi au vendredi de 14h à 19h et le samedi de 14h à 18h




Le terme « Macumba » désigne une pratique vaudou, entre magie noire et magie blanche, mais aussi une boîte de nuit apparue dans l’est de la France à la fin des années 1970. Macumba Night Club éditions est une invitation de l’artiste David Ancelin faite à d’autres artistes afin de réaliser, en collaboration avec chacun d’eux, une édition en sérigraphie. Aucune directive n’est donnée, si ce n’est de respecter un format maximum de 50 x 70 cm pour des raisons de transport. A chaque présentation, l’exposition accueille de nouveaux artistes et donc, de nouvelles éditions. Au fur et à mesure du parcours, l’ensemble s’agrandit constituant un panel hétéroclite et international.

Pour l’exposition à l’artothèque, sont présentées les éditions récemment réalisées avec Merlin Carpenter et Jérôme Robbe. Tous deux fermement attachés à la pratique de la peinture, ils s’inscrivent cependant dans des registres esthétiques et conceptuels très différents. Ce nouvel opus de Macumba Night Club éditions met ainsi  en lumière deux approches singulières de la sérigraphie, sur des supports aussi inattendus qu’un rideau de douche argenté ou du plexiglas miroir thermoformé !



avec lesMacumba Night Club éditions  de :

Alain Declercq, Axel Huber, Bruno Peinado, Cédric Teisseire, David de Tscharner, Davide Bertocchi, Donald Urquhart, Emilie Pitoiset, Eric Duyckaert, Gabriel Jones, Gerhard Gutenberger, Hippolyte Hentgen, Ingrid Luche, Inventory, Jacques Julien, Jean-Baptiste Bouvet, Jeanne Suspuglas, Jérôme Robbe, Julien Bouillon, Julien Monnerie, Kristina Irobalieva, Marine Semeria, Mathieu Mercier, Merlin Carpenter, Michel de Broin, Noël Dolla, Olivier Nottelet, Pierre Malphettes, Stéphane Calais, Stéphane Steiner, Stuart Middleton, Tobias Kaspar, Valentina Traïanova, We Are The Painters, Xavier Theunis, Zora Mann

Jean-Luc Navette - exposition

 

 

Exposition du 28 février au 25 avril 2015

du mardi au vendredi de 14h à 19h et le samedi de 14h à 18h

 

 

 

Depuis plus d’une décennie, dans son repaire du quartier Saint-Jean à Lyon, répondant au doux nom de Viva Dolor, Jean-Luc Navette encre les corps et le papier.

Dessinateur, tatoueur, chanteur au sein du Blues Butcher Club, il navigue dans un monde lointain, où la noirceur n’a d’égale que la précision du coup de crayon. Un ailleurs en noir et blanc, empli de références d’avant-guerre, aux accents de prohibition et aux sonorités de Murder ballads.

Navette raconte des histoires tristes, à la croisée des rêves et des souvenirs. Parsemées de notes gothiques et victoriennes, elles flirtent avec la mort. Son inspiration, l'artiste la tire aussi d'une multitude d'objets improbables, qu'il collectionne depuis des lustres : bocaux de formol garnis de serpents, planches anatomiques, photographies anciennes...

 

Une exposition “fin de siècle” joliment décadente, aux allures de Cabinet de curiosités. Un hommage aux fantômes et à la nuit.

 

 

 

Exposition - Traits très réels

exposition du 21 Novembre 2014 au 24 Janvier 2015

du mardi au vendredi de 14h à 19h et le samedi de 14h à 18h

 

Exposition collective sur une idée de Stéphanie Cottin & Irene Varano , avec la participation de Thierry Vignard

 

En 1977, paraît dans le Journal de Mickey une BD intitulée Traits très abstraits, où un Mickey un peu sceptique est initié à l’art contemporain par une Minnie très connaisseuse. Les œuvres constituant le décor de l’histoire inspireront en 1984 à Bertrand Lavier ses Walt Disney Productions.

Depuis près d’un siècle, Walt Disney fait ainsi partie intégrante de la mémoire collective. Sujet de choix pour les artistes que cette usine à rêves qui arrive à abolir les frontières entre fiction et réalité…


Avec Pierre Bismuth, Isabelle Cornaro,  Manuele Fior,  Pierre Huyghe, Bertrand Lavier, Le Gentil Garçon, Guillaume Paris, Joyce Pensato, Pilvi Takala

 

 

 

 

Remember, remember the 8th of November - présentation des nouvelles acquisitions

Le samedi 8 Novembre de 14h à 18h

 

H comme Heure : quatre heures – pas une de plus ! - pour emprunter les acquisitions 2014 de la collection de l’artothèque.

A comme Artiste : autour d’un verre avec un DJ Crew au top, venez découvrir les Guerrilla Girls, l’hyperréaliste Jean-Olivier Hucleux, le pop américain Jim Dine, William Kentridge, l’univers nostalgique d’Ann Craven, la série Walt Disney de Bertrand Lavier, les portraits sombres de Gerald Petit, les jeux d’échelle de Patrick Tosani…

C comme Collection : … à vous de l’inventer !

 

Collection à l'étude à Villeurbanne - Expériences de l'oeuvre par le laboratoire espace cerveau

 

Exposition du 19 Septembre au 1er Novembre 2014

du mardi au vendredi de 14h à 19h et le samedi de 14h à 18h

 

L'artothèque présente deux oeuvres de Pierre Joseph de la collection de l'IAC, Rhône-Alpes.

Le Personnage vivant à réactiver (1992), ici Blanche-Neige, présenté en chair et en os durant le vernissage de l'exposition et Little Democracy (1997), réunissant les vingt Personnages à réactiver existants. Figures archétypales d'hier et d'aujourd'hui, appartenant au domaine de la fable, des "super-héros", comme à celui de l'ordre social, elles provoquent chez  le spectateur identification ou remémoration.

 

Exposition - Maxime Lamarche - Spin-off

exposition du 22 Mai au 18 Juillet 2014

du mardi au vendredi 14h à 19h, le samedi 14h à 18h

 

Spin-off est un terme issu du jargon cinématographique désignant une fiction, une série parallèle créée à partir d’une série à succès. Littéralement, le mot signifie « rotation inversée ».

La rotation, celle de la roue de l’automobile, et la fiction, celle portée par l’imaginaire collectif de la voiture de sport comme machine à fantasmes, sont les points de départ de l’exposition de Maxime Lamarche à l’artothèque. Entre décor et réalité, il propose une expérience insolite du lieu avec une installation, fantôme sorti de la série culte des années 80, K 2000.

 

 

Exposition - Guerrilla Girls

 

exposition du samedi 25 janvier au samedi 15 mars 2014

 

du mardi au vendredi 14h à 19h, le samedi 14h à 18h

 

1985, à l'affiche du Museum of Modern Art de New York : An International Survey of Painting and Sculpture.

Dans cette exposition au titre ambitieux, pas moins de 169 artistes sont représentés dont… 13 femmes ! Cette nouvelle affirmation masculiniste, dans le temple mondial de l'art moderne et contemporain, donne naissance par réaction aux Guerrilla Girls.

Justicières masquées d’une tête de gorille, en mini jupe, bas résilles et talons aiguilles, elles manifestent et collent des affiches dans les rues de New York et dénoncent avec humour le sexisme et le racisme dans l’art, en détournant les images et les slogans machistes et ethnocentristes.

Elles posent bientôt une question récurrente : « Est-ce que les femmes doivent être nues pour rentrer dans les Musées »? Et ne cessent de sensibiliser sur la faible présence des femmes dans l’art, le cinéma, la littérature.

 

Depuis 25 ans les Guerrilla Girls parcourent le monde, c’est à Villeurbanne qu’elles frapperont la prochaine fois. Le combat continue.

Last christmas - Présentation des nouvelles acquisitions

©Vincent Szarek, The meaning of life
©Vincent Szarek, The meaning of life

samedi 14 décembre 2013 de 14h à 18h

et jusqu’au au samedi 11 janvier 2014

 

« Last Christmas, I gave you my heart », chantait George Michael au début des années 80. Magie de Noël : cette année, l’artothèque offre une version arty du tube délicieusement kitsch du groupe Wham!

 

Du chaud et du froid, de la couleur et du noir&blanc, des très grands formats et des mini objets : plus de trente nouvelles œuvres éclectiques, d’artistes déjà reconnus ou plus jeunes à emprunter pour fêter Noël sous le signe de l’art contemporain.

Avec Julien Carreyn, Ryan Gander, Grout/Mazéas, Joana Hadjithomas et Khalil Joriege, Dorothy Ianone, Frank Kozik, Julio Le Parc, David Malek, Nicolas Pincemin, Julian Schnabel, Luc Tuymans…

 

Rendez-vous samedi 14 décembre dès 14h sous le puits de lumière. Avec ou sans les flocons, autour d’un verre et dans une ambiance musicale décalée. The highway to Noël.

Broadcast Posters – Copy-Shop

du 12 au 15 novembre 2013 
en Résonance avec la Biennale de Lyon 2013

 

Du 12 au 15 novembre, l’artothèque accueille Broadcast Posters et son projet Copy-Shop.

Broadcast Posters est une édition de posters d’art contemporain, diffusés gratuitement à 8000 exemplaires en France et à l’étranger. Chaque poster invite un jeune artiste de la région Rhône-Alpes et un artiste confirmé à confronter leur travail.
Pour fêter sa dixième édition, Broadcast Posters lance le projet Copy-ShopCopy-Shop est une photocopieuse customisée itinérante qui se déplace chaque semaine dans un lieu à Lyon et Villeurbanne.

Venez donc imprimer dans notre Copy-Shop votre copie collector, numérotée et signée, du Poster#10 créé par Elodie Petit et Beni Bishof ! Copy-Shop est en libre service.

 

Broadcast Posters est soutenu par la Région Rhône-Alpes, la Ville de Lyon et l’imprimerie Manufacture d’histoire Deux-Ponts.

 

Cocktail Designers, Grout/Mazéas, Gerald Petit - Ecstasy Gumbo, Bits & Pieces

en Résonance avec la Biennale de Lyon 2013

du 29 septembre au 30 novembre 

 

Fête de vernissage vendredi 27 septembre !

20h live de East suivi d’une 80’s party avec Blue Baboon & Hang the DJ

 

1988 : la Maison du Livre de l’Image et du Son, architecture hors norme de Mario Botta, ouvre ses portes au moment de l’explosion médiatique de Madchester et de son célèbre club l’Haçienda. Comme lui, elle se veut ouverte à tous en construisant un espace social transversal.

Pour fêter les vingt-cinq ans de ce lieu emblématique de Villeurbanne, Cocktail Designers, Grout/Mazéas, & Gerald Petit reviennent à l’artothèque pour une proposition collective, autour de l’idée de club et d’anniversary party.

Scène et piste de danse échouées, images dévoilées sous un rideau de théâtre bleu nuit, boucles sonores diffuses, souvenir d’une soirée fugitive… Un bric à brac de pièces diverses, faussement désaccordées.

Une atmosphère mystérieuse et incertaine pour une exposition aux allures de fête clandestine. La nuit du vernissage, vendredi 27 septembre, entre 19h et 1h, le club prendra vie. La soirée débutera avec un live aux réminiscences new wave de East. Avec le dancefloor en ligne de mire, Blue Baboon & Hang the DJ aux platines sortiront ensuite leurs vinyls les plus affolants pour convoquer l’esprit des eighties. De quoi faire chavirer l'exposition !

 

 

Karine ROUGIER - Les lointains

Vernissage jeudi 16 mai 2013 à 19h en présence de l’artiste

suivi d’une soirée Close to me à La Faute aux ours (4, Grande rue de la Guillotière Lyon 7e) - DJ set de East

Exposition du 17 mai au 19 juillet 2013

S’exprimant principalement par le dessin, Karine Rougier collectionne les images, les motifs et les récits. Ses propres souvenirs, fictions ou recherches nourrissent l’élaboration complexe de ses dessins, produits par accumulation, effacement, superposition, collage… Des scènes étranges mettant en scène une population hybride, mi-personnages, mi-animaux, mi-végétaux, créent un monde étrange, aussi fascinant que singulièrement familier : « Tout traverse le monde de Karine Rougier, l’imagerie médicale, le chamanisme, les dieux indiens, Batman et Jérôme Bosch… les sources se brouillent sans autre distinction que leur rôle dans la composition narrative du dessin.» (Guillaume Mansart, 2010)

 

A l’invitation de la Maison du livre de l’image et du son, Karine Rougier s’empare de la rotonde de l’artothèque pour réaliser un dessin mural inédit, mêlant réalisations à même le mur et œuvres sur papier encadrées. Une sorte de cabinet de curiosité que Karine Rougier réinterprète dans un dessin très grand format.

Dans la salle d’exposition du sous-sol est présenté un ensemble de dessins sur papier, productions récentes ou plus anciennes de l’artiste. 

 

Karine Rougier est diplômée de l’Ecole d’art d’Aix-en-Provence.

Elle a participé à plusieurs expositions collectives dont, The new lost generation en 2011 à la Galerie Mondo Bizzaro à Rome, Collages à l’Espace de l’Art concret de Mouans-Sartoux et Duo à la galerie Le Cabinet à Paris en 2012. Elle a également exposé, la même année, avec Ricardo Lanzarini et Monica Millán à la galerie CG arte à Buenos Aires.

Karine Rougier a exposé en 2011 à la Galerie Bertrand Baraudou à Paris. La Fondation Vacances Bleues à Marseille lui a consacré une exposition personnelle, Un oiseau immobile dans le ciel, en 2012. Son travail a également été présenté en avril dernier dans le cadre de Drawing Now, salon du dessin contemporain de Paris.

Elle fait aujourd’hui partie de nombreuses collections privées et depuis 2009, de la collection du Fonds Communal de la Ville de Marseille.

Un catalogue monographique de l’artiste est paru aux éditions Sextant et plus en 2011.

Karine Rougier est lauréate avec Clément Bagot du prix Art [] Collector 2013. Elle prépare actuellement deux expositions personnelles (dessin et peinture) qui seront présentés en septembre prochain.


Karine Rougier est née en 1982. Elle vit et travaille à Marseille.

Elle est représentée par les galeries Espace à Vendre à Nice et Bertrand Baraudou à Paris

plus d'informations :

http://www.documentsdartistes.org/artistes/rougier/page1.html

NICOLAS PINCEMIN - L'affût

Vernissage jeudi 31 janvier à 19h en présence de l’artiste suivi d’une soirée Dark landscapes au Gonzo Bar (3, rue Montesquieu Lyon 7e)

Exposition du 1er février au 9 mars 2013

Nicolas Pincemin peint des paysages, avec une prédilection pour les grands formats. Le sujet abordé, la composition et la facture plutôt classiques de ses peintures dissimulent pourtant une trame trompeuse. Le regard sur la nature passe par le filtre de la photographie et l’utilisation d’une imagerie contemporaine. Toute vraisemblance est illusoire. Le réalisme cède la place à un romantisme paysager de ruines contemporaines (bunker, mirador…). La narration et l’unité sont abandonnées pour laisser libre cours aux télescopages.

 

A l’invitation de la Maison du livre de l’image et du son, Nicolas Pincemin s’empare de la rotonde de l’artothèque pour réaliser une peinture monumentale monochrome, inédite. Un monde crépusculaire déserté émerge du mur et sature l’espace. De l’humain ne subsistent que de rares vestiges d’architectures, postes d’observations, cabanes de chasseur. De grands arbres dépouillés s’élancent vers le puits de lumière, plongeant le spectateur dans un univers insolite, onirique et inquiétant. L’enfant et les sortilèges dans sa version picturale.

Dans la salle d’exposition du sous-sol est présentée une installation composée d’une série de toiles de grand format réalisées en 2011. L’artiste compose avec les grandes traditions de la peinture, en revisitant son sujet à travers un cadrage cinématographique et une mise en espace contemporaine. Là encore, un univers de paysages, de forêts et d’arbres, où la nature le dispute à l’artifice.

 

Nicolas Pincemin est né 1976. Il vit et travaille à Marseille.


Grout/Mazéas

OH GRAVITY, THOU ART A HEARTLESS BITCH

Vernissage jeudi 25 octobre à 19h en présence des artistes

Exposition du 26 octobre au 29 décembre 2012 

 


« Grout/Mazéas ont le sens de la pesanteur, mais avant Newton et après le cinéma burlesque ».

Preuve en est, le titre de leur exposition. Qui sonne, de toute évidence, comme la déclaration d’un Sir Isaac Newton désabusé… dynamitée par des écarts du langage contemporain !

La citation est en réalité empruntée au Docteur Lee Sheldon Cooper, physicien surdoué et héros de la série télévisée américaine« The Big Bang Theory », diffusée depuis 2007 sur le réseau CBS. Point de départ du projet, elle permet aux artistes de décliner indifféremment et sur de multiples registres la proposition d’exposition : les lois du cosmos comme celles du Western… la voûte céleste comme incident domestique… le Big Bang comme fusillade…

 

Pour leur exposition à l’artothèque, Grout/Mazéas mettent en scène un ensemble d’éléments oscillant entre la photographie et l’installation, la sculpture et le décor, tous plus ou mois en relation avec un phénomène d’apesanteur, un temps figé au milieu d’un univers de geek…

 

Le travail du duo Grout/Mazéas fonctionne sur le mode d’une discussion permanente au cours de laquelle références, hypothèses et idées sont échangées dans le but de trouver un motif commun de mise en œuvre. Leur production entretient une relation avouée au cinéma. Les artistes aiment Hitchcock et Brian de Palma et affichent un goût prononcé pour les durs, les très méchants comme le monstre d’Alien ou très effrayants comme les flots de sang de Shinnig.

Leurs œuvres explorent l’espace de fiction généré par le décor et l’expérience du réel proposée par le lieu d’exposition.

 

Sylvain Grout et Yann Mazéas vivent et travaillent à Montpellier.

groutmazeas.free.fr

 


L’été indien

présentation des nouvelles acquisitions

Sister Corita Kent, Yellow submarine, 1967
Sister Corita Kent, Yellow submarine, 1967

samedi 8 septembre 2012 de 14h à 18h
accrochage visible jusqu’au samedi 29 septembre

Un été indien «on the road» aux couleurs de l’artiste biker Olivier Mosset, rythmé par les oeuvres « peace and love » de Sister Corita Kent et l’art un brin psychédélique de John Armleder… sous le signe des objets déjantés de Cocktail Designers…

Le samedi 8 septembre de 14 h à 18h, faites une halte au niveau -1 de la Maison du livre de l’image et du son  pour un very good trip : découvrir en musique et emprunter autour d’un verre, les nouvelles acquisitions de l’artothèque et fêter dignement leur entrée dans la collection !

 

(et aussi les œuvres de Delphine Balley, Stéphane Dafflon, Guiseppe Penone, Clément Rodzielski, Sylvain Rousseau, Vincent Szarek, Nedko Solakov…)

Artothèque

Maison du Livre, de l'Image et du Son François Mitterrand

247, cours Emile Zola

69100 Villeurbanne

Métro A - Flachet

Téléphone : 04 78 68 04 04    Fax : 04 78 68 30 39

http://mediatheques.villeurbanne.fr/

Mardi à vendredi : 14h à 19h

Samedi : 14h à 18h

 

 

Veuillez entrer le code:

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.