Depuis quelques années, l’association ADRA souhaitait affirmer la qualité et l’intégrité des démarches professionnelles mises en œuvre par ses membres. Ainsi, se dotera-t-elle, lors de l’assemblée générale du 25 septembre 2008, d’une Note d’intention.

Celle-ci revendique une déontologie et garantit un niveau d’exigence dans les pratiques de travail de nos structures membres.

 

 

 

Note d'intention des artothèques ADRA

(engagements, responsabilités, champs d'investigation)

Né à Berlin au tout début du XXème siècle, le concept d’artothèque s’est répandu et institutionnalisé en France dans les années 1980. Il offre à chacun la possibilité de découvrir les œuvres d’art contemporain, mais plus encore de vivre avec elles, dans l’intimité quotidienne d’un appartement, d’une maison ou d’un lieu de travail.

Si la constitution des collections et le prêt d’œuvres sont les piliers du fonctionnement des artothèques, il faut ajouter à cela un ensemble riche et varié d’actions, allant de la production d’expositions et d’œuvres en lien étroit avec les artistes, en passant par la mise en place d’actions de médiation et de formation. C’est la combinaison de ces différents éléments - y compris  et surtout le dialogue entretenu quotidiennement avec les emprunteurs - qui permet aux artothèques d’être au plus près de leur double objectif de soutien à la création et de sensibilisation des publics.

 

 

 

SOMMAIRE DE LA NOTE D'INTENTION

  1. Une grande diversité des modes de gestion pour une mission de service public
  2. La collection, la clef de voûte de l'action des artothèques
  3. La production et l'édition d'oeuvres
  4. Une volonté marquée de faciliter l'accès à l'art
  5. Une inscription territoriale affirmée
Chartedesartotheques10.pdf
Document Adobe Acrobat [70.1 KB]
Télécharger